novembre 20, 2017

Le monde de demain: un enjeu d’éthique

Une voix chantante vous réveille, vous annonce qu’il est l’heure de se lever. Vous entrez dans la cuisine, où votre café vous attend déjà. C’est alors que votre réfrigérateur vous avertit qu’il ne reste presque plus de lait, et qu'il en commandera au dépanneur. Votre radio joue votre chanson préférée, la douche se règle à la parfaite température. Finalement, vous êtes prêt à partir. Avant que vous ayez le temps d’activer l’option «cueillette à la porte» de votre voiture intelligente, un drone se pose devant vous. Vous en ressortez la pinte de lait, et vous la rangez dans votre réfrégirateur. Un sourire se pose sur vos lèvres…«Ah, comme la vie est simple avec un peu d’intelligence artificielle».

Cela semble comme une belle histoire de science-fiction, mais cette réalité est plus proche qu’on le pense. Malheureusement, les effets de l’arrivée imminente de l'intelligence artificielle ne sont pas que positifs. Un des grands enjeux qui accompagnent l’intelligence artificielle est l’éthique de la chose. Prenons l’exemple d’une voiture autonome. Si la voiture ne peut changer de voie et qu’un piéton se trouve devant la voiture, serait-il mieux de frapper le piéton ou de l’éviter en fonçant dans un lampadaire. Dans les deux cas, une vie humaine sera en danger, celle du piéton et celle du passager de la voiture. Le système intelligent de la voiture doit suivre des indications, déjà préparées pour cette éventualité. Qui décide de ces indications? Son créateur? Une institution gouvernementale?

exterior3.jpg.size.custom.crop.1086x586

Uber envoie deux voitures autonomes dans les rues de Toronto.


En juin dernier, l’Allemagne a été le premier pays à présenter un premier jet de directives éthiques pour les voitures intelligentes¹. En octobre, les Émirats Arabes Unis ont nommé un ministre de l’intelligence artificielle². Omar Bin Sultan Al Olama, 27 ans, prend donc cette responsabilité de ministre, et a pour tâche de faire des ÉAU le pays le mieux préparer à l’arrivée de cette technologie.

Ce n'est pas pour dire que nous ne sommes pas en train de se préparer ici aussi. Montréal a vu naitre Element AI, Fluent.ai et Fuzzy.ai, pour ne nommer que ceux-là.

Notre vision du futur a longtemps été inspirée de la science-fiction, et c’était difficile d’imaginer sa concrétisation. Mais en quelques années, tout a changé. Peut-être qu’on se croisera bientôt, assis sur le banc de passager dans nos voitures autonomes.


Vous souhaitez en apprendre plus? Cliquez ici pour voir le syllabus de notre formation Culture Data, un cours qui a pour but de se familiariser avec ce monde des données qui prendra de plus en plus de place dans le futur.


Sources:

Rapport du Ethics Commission of Transport and Digital Infrastructure of Germany

Élection du ministre de l'intelligence artificielle aux ÉAU

Published by: Factry in Nouvelles