Formation Design thinking : innover à la vitesse grand V

Pour rester dans la course, l’innovation dans les produits ne suffit plus. Les organisations doivent développer des cultures d’entreprise profondément ancrées sur l’innovation et qui placent l’humain au coeur des préoccupations. C’est là tout le fondement de l’approche du Design thinking. Niels Billou expose cette pensée, qu’il enseigne à la Factry.

Penser autrement. Insuffler un vent de changement pour développer de nouveaux produits, de nouveaux services. À l’école des sciences de la créativité la Factry, ces préceptes prennent tout leur sens et s’ancrent dans la réalité des entreprises d’aujourd’hui à travers la formation Design thinking, destinée aux cadres et aux hauts dirigeants.

La force du Design thinking

Le Design thinking est cette approche transdisciplinaire, née dans les années 1980 et 1990, qui mise sur l’observation et la compréhension des besoins des individus. Le but : identifier les besoins réels des utilisateurs et trouver des moyens créatifs pour les satisfaire au mieux. « On se demande d’abord quels sont les besoins des utilisateurs potentiels, puis on essaie de voir le monde à travers leurs yeux, de façon à saisir leurs problèmes et leurs habitudes. Au final, on trouve des solutions innovantes qui s’articulent autour des gens et non des systèmes », explique Niels Billou, coach à la Factry.

Un état d’esprit

C’est là toute la magie du Design thinking, qui réside dans un état d’esprit, une culture et des valeurs. « Au lieu de livrer aux futurs usagers un produit fini, les « designers » leur soumettent des idées ou des prototypes qu’ils affinent ensemble. De sorte que le produit, ainsi cocréé, a toutes les chances d’obtenir l’aval des parties prenantes », souligne Niels Billou.

De la théorie à la pratique

La nouvelle formation de deux jours se concentre d’ailleurs sur cet état d’esprit propice à faire éclore une culture d’innovation en entreprise. « Nos cours sont scénarisés d’une façon audacieuse, qui implique autant la tête que le corps », indique Hélène Godin, cofondatrice et chef de la création à la Factry. Dans un premier temps, les participants explorent ce qui nuit à la croissance et ce qui, au contraire, la stimule. Avec le soutien du coach, ils élaborent ensuite un plan d’action à mettre en oeuvre dans leur milieu.

Le début d’un changement

Le Design thinking ne s’assimile pas en deux jours, on s’entend. Mais le fait d’être plongé dans un contexte qui favorise l’apprentissage par l’action et renforce l’esprit d’équipe permet à chacun de sortir de son quotidien et de s’imprégner de la méthode. « On ouvre la conversation sur les changements à apporter en entreprise, observe Niels Billou. Les organisations qui encouragent la créativité au lieu de la concevoir comme l’étape précédant le chaos sont celles qui performent le mieux. »

À une époque d’extrême compétitivité, s’adapter au changement ou, mieux, devenir un moteur de changement signifie aussi travailler en multidisciplinarité. « Le Design thinking est la meilleure façon de résoudre les problèmes, affirme Niels Billou. La multidisciplinarité est une force collective qui fait appel aux différents intérêts et aux passions des gens, comme le préconise la méthode. Les entreprises ont deux choix : être à l’écoute de leurs employés et des consommateurs ou être appelées à disparaître. »

Crédit photo: Clovis Henrard

Originalement publié sur Lapresse.ca.