Savoir lier leadership et impact social

L’école des sciences de la créativité la Factry tiendra une formation de trois jours afin d’aider les entreprises à saisir les opportunités d’affaires liées à l’impact social.

 

Comment les entrepreneurs, dirigeants ou gestionnaires peuvent-ils repenser l’entreprise en y intégrant ou renforçant l’impact social de leurs activités? Vaut-il mieux réduire un impact négatif ou créer d’emblée un impact positif? Le changement se fait-il au niveau des opérations, du produit ou du modèle d’affaires? Quel est l’outil le plus adapté et de quelle manière gérer le changement? Ce sont quelques-unes des questions que propose précisément d’approfondir la formation de 3 jours Leadership et Impact social que donnera la Factry dès le 30 janvier.

Hélène Godin

«Cette formation, co-créée par la Factry et Credo, s’adresse à tous ceux qui peuvent avoir un impact direct sur leur organisation, petite ou grande, indique Hélène Godin, chef de la création de la Factry. Elle veut les éveiller et les inspirer pour provoquer des changements dans l’entreprise, parce qu’aujourd’hui, une entreprise ne peut plus simplement faire du profit sans tenir compte de la collectivité et de l’environnement.»

L’objectif est donc d’apporter une meilleure compréhension de la notion d’impact social et d’explorer la manière dont elle peut changer l’entreprise, en mettant notamment en lumière les tendances, les acteurs clefs et les meilleures pratiques dans le monde et au Québec. Cette base permettra aux participants d’identifier dès le deuxième jour leurs propres défis et d’appréhender les différents outils disponibles pour mener un travail de réflexion sur le changement à faire. C’est concrètement ce dernier aspect que les participants aborderont le troisième jour : comment opérer et gérer le changement auprès de ses équipes et dans toute la stratégie de l’organisation.

Christian Bélair

La créativité est sans doute le principal réflexe que les participants apprendront à développer à l’occasion de cette formation. «Les dirigeants doivent prendre du recul sur leur opérations, ils doivent adopter une posture créative pour connecter leur mission à leurs valeurs et amener dans leur entreprise des solutions nouvelles qui ne soient pas juste de l’impact social de façade», relève Hélène Godin. Cette créativité permet en effet, selon Christian Bélair, président de Credo, «de repenser la manière dont on comprend les problèmes sociaux et environnementaux, et la façon dont on les aborde.» Cette approche est encore plus vraie devant la complexité des enjeux actuels.

«Un exemple intéressant au Québec, c’est l’entreprise Jus Loop; lorsque deux des fondateurs, David Côté et Julie Poitras-Saulnier, ont décidé de réfléchir à la problématique du gaspillage alimentaire, ils ont fait de cet enjeu une opportunité d’affaires, souligne-t-il. Aujourd’hui, c’est un succès! Et la même équipe vient tout récemment de lancer des bières à partir de pain gaspillé. En entreprise, ces opportunités existent aussi et nous souhaitons profiter de la formation pour permettre aux participants d’identifier celles qui les interpellent et qui sont liées à leur travail de tous les jours!»

Pour s’inscrire à la formation Leadership et impact social (30-31 janvier et 8 février), cliquer ici.

* Originalement publié sur Novae.ca.

Marie Allimann