Brainstorming 101 pour les extravertis

Laurence Bayard-Arthur, coordonnatrice expérience participant, Factry

Bien qu’on pense parfois que le brainstorm est un exercice de spontanéité, il est important de bien préparer la séance afin d’éviter la perte de temps et de tomber en amour avec des fausses bonnes idées. Quand on est un verbomoteur sur deux pattes, comme la plupart des extravertis, accorder du temps à la préparation d’une séance d’idéation n’est pas un réflexe naturel! Voici quelques pistes à garder en tête.


Comprendre le contexte

Cela semble une évidence, mais il est important de le rappeler : faites vos devoirs avant d’assister à la rencontre. Prenez le temps de lire l’invitation à la séance d’idéation et renseignez-vous sur la problématique. Discutez avec des gens qui vivent cette situation, allez lire les commentaires des utilisateurs sur les médias sociaux, tenez-vous informé des solutions proposées par vos compétiteurs. Se baser sur ses intuitions c’est bien, mais développer son empathie et sa curiosité pour la nourrir, c’est encore mieux!

Si vous êtes la personne qui organise la rencontre, assurez-vous de communiquer adéquatement et à l’avance le contexte et le problème à résoudre aux participants afin que tous puissent se préparer à leur manière. Vous aurez alors une séance plus efficace avec des participants en confiance.


Écouter et faire de la place

On pense parfois que les introvertis qui restent silencieux dans les brainstormings sont gênés, désintéressés ou encore inutiles. Dans les faits, les introvertis ont des idées et n’ont pas nécessairement peur de les dire. C’est seulement que contrairement aux extravertis, ils préfèrent y réfléchir longuement avant de les verbaliser. Plutôt que d’apostropher ces personnes en plein milieu du brainstorming et de les rendre mal à l’aise, commencez la tempête d’idée avec une séance de 15 minutes où tous les participants écrivent leurs idées en silence sur des post-its.

Cet exercice a pour but d’éviter qu’une personne, ou qu’un groupe de personnes, monopolise la conversation. Les extravertis auront jeté sur papier tout ce qui bouillonnent dans leur tête et seront en mesure d’écouter plutôt que de se bousculer pour parler. Alors que les introvertis auront eu le temps de s’isoler et de mijoter leurs idées. Ils seront alors en meilleure posture pour alimenter la séance. La conversation sera plus efficace et les échanges plus riches.


Installer un climat de confiance

Lors de la séance, prenez soin de ne pas juger les idées des autres. Vous devez rester impartial afin de donner à tous le sentiment d’ouverture nécessaire pour faire émerger leurs idées. Poser des questions plutôt que d’émettre des jugements fait avancer la discussion et valorise tous les participants. Portez une attention particulière aux non-verbales des gens pour vous assurer que tous les participants se sentent engagés par l’exercice.

Diversifier les équipes est un puissant outil en créativité. On doit tirer profit de l’assurance, de l’enthousiasme et de l’optimisme d’un extraverti comme de la capacité d’empathie, d’écoute et de concentration d’un introverti. Ne sous-estimez pas votre collaborateur intraverti, exploitez plutôt vos différences et faites de la place aux idées des autres…. De toute façon, il n’y a pas de mauvaises idées lorsqu’on brainstorm!

Crédit photo: Myriam Baril-Tessier