Marie-Josée Lareau sous les projecteurs

Marie-Josée Lareau a travaillé pendant 10 ans en tant qu’entraîneuse artistique auprès de la relève d’artistes du Cirque du Soleil. Après un EMBA, elle a fondé Innove Lab, dans le but de former les dirigeants et leurs équipes à améliorer leur créativité, leur esprit d’innovation et leur aptitude en collaboration. Alliant l’expérience de son parcours créatif à celui en entreprise, Marie-Josée est une maître d’atelier pas comme les autres! À la fois artiste, yogi et gestionnaire, elle livre ses réflexions sur les similitudes entre les arts de scène et les affaires.

Par Stéphanie Lebon, directrice, communications et marketing, de la Factry

La force de la transdisciplinarité

« Le maître d’atelier fait ressortir la richesse des participants qui découle de la transdisciplinarité des profils. C’est là toute la force du groupe », explique Marie-Josée Lareau.

Et elle en est la preuve incarnée! D’abord dans les arts de la scène, son parcours l’a amenée à plonger tête première dans le monde des affaires. Selon elle, ces deux milieux sont beaucoup plus similaires qu’ils ne le semblent. Peu importe ce que vous concevez – que ce soit un produit innovant ou un spectacle de cirque –, son niveau d’excellence dépendra du choix des talents, de leur engagement, du contexte et de leur facilité à collaborer.

 Lorsqu’on monte une équipe, il est important de penser à une variété de profils.

« L’un des aspects les plus attrayants du cirque est la capacité à regrouper sous un chapiteau unique des artisans aux forces différentes pour livrer une même prestation. Le succès d’une entreprise repose sur le même principe. Les différents services doivent construire des équipes diversifiées, puis collaborer et cocréer ensemble pour livrer un produit de qualité. »

Mener la parade

Avant que chaque artiste travaille à son numéro, une ligne directrice pour le spectacle doit être établie afin de garder le cap sur l’objectif ultime. Selon Marie-Josée, pour devenir un leader créatif, il faut à la fois être doté d’une vision d’ensemble claire et savoir établir les rôles précis de chacun pour que tous contribuent le plus efficacement possible à la mission.

Posséder une vision macro et micro à la fois s’avère essentiel. Il faut être en mesure d’exécuter une figure à la perfection, puis de l’intégrer à la trame narrative. Concrètement, chaque employé doit savoir quelles sont ses tâches précises et à quel moment participer au grand projet.

On ne peut pas demander à un acrobate de cracher du feu. Il ne faut pas plus susciter la zizanie (ou pire des accidents) par manque de clarté dans ses directions! Sur scène comme en affaires, établir des rôles clairs selon les forces des membres de l’équipe, puis déterminer un processus de communication efficace dès le début d’un projet contribue grandement à sa réalisation.

Peaufiner son art

Les jongleurs et les clowns n’ont pas les mêmes objectifs, besoins et attentes par rapport à leur numéro – même s’ils collaborent dans le cadre du même spectacle. De plus, pour livrer leur meilleure performance, ils auront besoin de rétroaction et d’être encouragés par quelqu’un qui comprend leur art. Finalement, afin de progresser dans leur carrière, il leur faudra faire preuve de discipline et mettre les heures d’entraînement nécessaires pour livrer une prestation sans anicroche.

« Les employés en entreprise ne sont pas différents : ils sont motivés par le développement continu de leur carrière et les réactions constructives pendant tout leur parcours professionnel. Pour se consacrer au succès de l’organisation, ils devront être motivés par leurs objectifs personnels. C’est le rôle du leader de procurer à chaque membre de l’équipe un environnement propice à son épanouissement et une quête de sens », explique Marie-Josée.

Installer un filet de sécurité

Avant de répéter une chorégraphie pour un spectacle, les trapézistes passent des heures à tester les installations et à mettre en place un environnement sécuritaire… et pour cause! Se jeter à corps perdu dans les airs exige confiance et courage. « Il en va de même en entreprise. Vous ne pouvez pas demander à vos employés de risquer et d’innover sans instaurer un contexte favorable. »

The show must go on

Comment garder les troupes motivées soir après soir pour donner pour une énième fois la même représentation?  C’est au leader à instaurer une culture d’entreprise qui favorise l’écoute et le plaisir! Pour aborder chaque situation comme une soirée de première, ça prend de l’énergie. Ce n’est pas un secret pour les artistes de la scène – après tout, leur corps constitue leur outil de travail. Par contre, ce n’est pas toujours le cas dans un bureau!

« Quand on atteint le flot de créativité, une énergie vibrante se ressent dans tout le corps. L’expérience se passe au-delà du cérébral. Cependant, pour y arriver, il faut prendre soin de notre corps. On sent de plus en plus une ouverture en entreprise à parler de pleine conscience et d’intelligence émotionnelle. Notre physique représente un véhicule puissant. En portant notre attention sur ce qu’on ressent et sur notre état, l’on peut en apprendre énormément sur soi et sur les autres », rappelle Marie-Josée.

Ça vous donne envie de prendre un cours avec Marie-Josée à la Factry? Que vous cherchiez à surmonter vos défis d’affaires en groupe, à insuffler plus de créativité dans votre quotidien ou à mobiliser vos équipes par le changement, il est temps de passer à l’action!

Photo : Luc Brissette